L’artiste

clanet-artisteVéronique Clanet, une vie d’artiste

 

Sociétaire de la prestigieuse Fondation Taylor, membre de la maison des artistes, depuis plus de 20 ans Veronique Clanet expose en France mais aussi à l’étranger. Des moments privilégiés pour découvrir des œuvres pleines de tendresse, de délicatesse et de sensibilité.

Originaire de l’Ariège c’est à Lahitte-Toupière petit village situé dans les Hautes-Pyrénées que l’artiste a élu domicile.

A 27 ans elle entre à l’Ecole des Arts de Tarbes.

Si ses premières créations s’inspirent très sensiblement de MODIGLIANI, son style s’affirme très rapidement avec des œuvres où la représentation féminine, le port de tête, l’expression des visages mais aussi le travail sur les couleurs sont mis en valeurs.

En 2001 elle crée  et anime « l’atelier de Véro ». Une activité qui  lui permettra d’enseigner les arts plastiques tout en continuant à parfaire sa connaissance artistique.

Après 10 ans d’une expérience riche en partage et en émotions elle décide de se consacrer pleinement à son art et plus particulièrement à la sculpture.

Cette deuxième période verra l’expression de la sensibilité à travers la réalisation de bronzes, « les femmes feuilles », ou la maitrise du mouvement s’affirmera à travers des scènes voluptueuses et sensuelles empreintes de paix, d’amour et de douceur.

Véronique Clanet ne pouvait cependant pas se satisfaire de cette seule approche artistique. Poussée par une débordante ambition créatrice elle fait le choix d’aborder son œuvre sous d’autres formes, d’autres techniques, d’autres matières.

C’est donc naturellement qu’elle décide de reprendre le pinceau. Un retour aux sources qui verra l’affirmation et la reconnaissance de l’artiste avec la naissance des emblématiques « pétillantes » qui à elles seules symbolisent l’univers propre de Véronique Clanet.

Quelles soient sur toile, en résine ou en terre cuite nous sommes plongés dans un univers années folles ou le regard de ces demoiselles distille un savant mélange fait de naïveté et de séduction.

Il s’agit bien là d’une invitation à venir découvrir les œuvres d’une artiste qui sait se diversifier en créant des œuvres stylées mais également à thème (Marianne) sous des formats qui trouveront leur place aussi bien dans des galeries que sur les parvis des plus prestigieux espaces dédiés à la contemplation.

Il ne vous reste plus désormais qu’à venir les découvrir, les approcher, les écouter et sans aucun doute qu’elles sauront vous transporter et vous faire partager ce merveilleux monde féérique des « pétillantes ».

Pascal Carabin

 


 

clanet-atelierUne artiste peintre, sculpteur inscrite au coeur des Hautes-Pyrénées

 

Imaginez un joli petit village des Hautes-Pyrénées.

Quelques maisons authentiques jetées pêle-mêle dans une nature à peine maîtrisée.

Une sérénité qui vous gagne d’emblée dès que l’on franchit les premières habitations.

Hors du stress et des nuisances des grandes villes, c’est là que Véronique CLANET s’installe avec sa famille. Sa maison typique des lieux est dissimulée dans un écrin de tendresse et d’amour. Et pourtant, cette ancienne bâtisse, cette végétation bien ancrée dans son sol dégagent une force et une stabilité qui imposent le respect et la confiance.

Etant gentiment invité, je découvre ce lieu qui me parait magique. J’y suis attiré. Attiré par l’authenticité du lieu. Une envie de me laisser envahir par le calme qui y règne.

Je pénètre dans le jardin qui entoure cette demeure. Je me sens plus léger, rassuré. Le vide se fait en moi. Que du bonheur !

Quoi de plus normal que d’y découvrir une artiste.

Une artiste vraie dans ses émotions, dans sa finesse d’interprétation.

Mais aussi une artiste toute en puissance, qui puise sa force dans ses racines mais résolument tournée vers le futur.

Le seuil de l’atelier franchi, c’est un univers particulier qui s’ouvre à moi. Je m’attendais à découvrir l’antre d’une artiste tel qu’on se l’imagine, désordonné, encombré, sentant la terre, l’huile, la transpiration, le café froid et le tabac. Rien de tout cela. Une ordonnance parfaite. Le rez-de-chaussée est consacré à la sculpture. L’étage, lui, laisse place à un atelier de peinture et un showroom. Deux espaces dédiés à la créativité et à la concrétisation des rêves.

Retour à l’atelier de sculpture. Je suis frappé par cette lumière naturelle, ce soleil qui entre de toutes parts pour illuminer la caverne d’Ali Baba. Le long des murs, des étagères en bois ordonnent parfaitement les œuvres en cours, des moules, des boîtes en cartons et sacs en plastique aux contenus mystérieux, un chapeau, un tablier entaché de peinture un peu plus loin et bien d’autres objets des plus disparates. Dans un coin, une table ronde et des chaises invitent les visiteurs à déguster l’une ou l’autre saveur offerte avec grâce par la maîtresse des lieux.

Et au centre de cette pièce, des tables de travail, des mottes de terre, des fantômes recouverts de draps blancs et de plastiques, des produits de sorcière, des pinceaux, des huiles, … et une forte odeur d’alchimie intellectuelle et mystique. L’inspiration de Véronique est là, parmi nous, au cœur de cet univers. Mais d’où lui vient une telle inspiration, cette énergique douceur ? Quelles en sont les sources ?

Véronique évolue au milieu de son univers. J’imagine un ange, une sorte d’ectoplasme, qui veille sur ses enfants en flottant légèrement. Tant de douceur contenue dans une force tranquille. Une main de fer dans un gant de velours. Cette dualité s’impose dans ses œuvres.

Approchez-vous d’une toile, d’une sculpture et c’est cette force contenue qui jaillit. Des visages d’anges à l’image de l’artiste. Des « Pétillantes ». On leur donnerait le bon Dieu sans confession. Quelle tendresse ! Quelle sensualité ! Un regard de biche, un petit nez pointu résolument tourné vers le ciel, des lèvres qui donnent envie d’un peu plus qu’un compliment. A la première approche, les Pétillantes sont de gentilles, gracieuses et élégantes petites dames bien sympathiques…mais…ne vous y fiez pas…

Je vous invite donc maintenant à commencer la visite. Laissez-vous aller à la flânerie, à la rêverie …

Je remercie Véro de m’avoir offert l’opportunité d’exprimer mon ressenti.

Je vous souhaite autant de bonheur.

Pierre Lerot